MARS 2012 : "Rousseau en Chartreuse" à St Laurent du Pont

Samedi 24 mars 2012, a eu lieu le lancement de l’année

JPEG - 55 ko

Il s’agira pendant toute l’année de commémorer le tricentenaire de la naissance du philosophe marcheur et botaniste.

Fil conducteur de cette Journée : Rousseau dans le paysage, ses émotions, son regard et la perception de la nature à l’aube du romantisme.


PRÉSENTATION DU PROGRAMME DE LA JOURNÉE CLIC ICI


De très nombreux participants nous ont accompagnés tout au long de cette après-midi où les temps forts se sont succédé ainsi :
- observation de paysage
- conférence
- exposition


LECTURE DE PAYSAGE : « La porte de la Jarjatte avec les yeux de Rousseau »

JPEG - 85.8 ko
la Jarjatte

Jean-Louis Barbon, président des Amis du Parc, ouvre cette journée par un discours de bienvenue.
Jean-Pierre Blazin , archéologue du paysage et président de l’association "Mémoires des Pays du Guiers"se présente et propose de commenter le paysage qui nous entoure en le recadrant tel que Rousseau aurait pu le voir.

Il nous précise tout d’abord quelques points sur les particularités des voyages de Rousseau et de ses compatriotes au XVIIIe siècle :

- Voyager prenait beaucoup plus de temps que de nos jours
Rousseau voyageait seul et à pied ce qui représentait pour son époque une certaine originalité. Le voyage n’était en effet pas un plaisir mais une nécessité et il se faisait rarement en solitaire et si possible avec un moyen de transport plus rapide et plus sûr que la marche.
- Les chemins, difficiles, ne facilitaient pas les déplacements.
- Les montagnes étaient généralement évitées car méconnues. Elles représentaient un espace hostile et inquiétant où seuls des explorateurs se risquaient.

JPEG - 3 Mo


Tout ces éléments nous ont permis de mieux nous rendre compte de l’environnement dans lequel Rousseau a voyagé. Nous n’avons cependant pas de descriptions figuratives des lieux par lesquels il est passé.
En effet, Rousseau ne décrit pas le paysage tel qu’il le voit mais tel qu’il le ressent.
C’est pour nous permettre de mieux comprendre cette manière particulière d’appréhender le paysage que Jean-Pierre Blazin a choisi de nous convier dans ce lieu.
On y retrouve, en effet, des éléments très représentatifs du paysage "rousseauiste" tels que :

JPEG - 3 Mo
Le Guiers Mort


-  de l’eau et des cascades : la transition brutale entre les gorges du Guiers et la vallée est une configuration semblable à la sortie des gorges de Chailles qui avait tant impressionné Rousseau.
- Un paysage politique et social : thème cher à Rousseau, représenté par la forge exploitée depuis l’époque des chartreux, avec en toile fond le travail et les liens contractuels sociaux.
- Un environnement riche en essences d’arbres et de plantes variées qui rappelle la passion de Rousseau pour la botanique.

CONFERENCE : le paysage avant et après Rousseau : la naissance du romantisme

A la Maison des Associations de St Laurent du Pont et toujours avec Jean Pierre Blazin, nous avons écouté une présentation très documentée sur les conceptions du paysage qu’ont eues les hommes au cours des siècles, depuis la préhistoire :

JPEG - 2.8 Mo
Conférence 24mars


-  L’apparition des paysages dans la peinture

  • La présence des paysages dans les représentations artistiques suit une évolution chronologique.
  • Le paysage est inexistant dans les œuvres d’art pictural en occident avant le XVe.
  • C’est seulement en 1444 que Konrad Witz peint le premier paysage : "La pêche miraculeuse" et il faut préciser qu’il ne s’agit pas vraiment d’un tableau représentant un paysage mais d’une scène de pêche incluse dans un paysage réaliste.
  • Les peintres qui ont les premiers vraiment travaillé le paysage pour lui même sont les flamands comme Jacob van Ruisdael 1628/29- 1682.

-  La perception de la nature

  • Elle est différente selon les sociétés.
  • Avec une très approfondie comparaison entre les jardins anglais et les jardins français, Jean-Pierre Blazin nous a permis de connaitre un exemple de la différence de cette perception.

-  le paysage romantique

  • C’est au XIXe siècle que la passion apparaît dans les peintures et les paysages deviennent des illustrations de sentiments. Les émotions sont transmises par les paysages. La peinture devient, alors, le moyen de faire connaitre une émotion, elle traduit un véritable ressenti.
A NOTER

L’invention du tube de peinture au XIXe siècle permet au peintre de se déplacer et de peindre directement ce qu’il a devant lui et de partager sur le vif ses sentiments grâce à l’émotion directe que lui procure le paysage.

VERNISSAGE : paysages de Chartreuse par Jean Jacques Champin

La journée s’est achevée par l’inauguration de l’exposition
« Paysages de Chartreuse »
dans la salle du Conseil de la Mairie de St Laurent du Pont.

Consacrée aux lithographies de J.J. Champin (1796-1860) elle s’est ouverte en présence de :
- Didier Tirard-Collet, adjoint à la culture à la mairie de Saint Laurent du Pont
- Claude Degasperi, président de la communauté de commune de Chartreuse Guiers et maire de Saint Joseph de Rivière,
- Eliane Giraud, présidente du Parc naturel régional de Chartreuse,
- Jean Louis Barbon, président de l’association des Amis du parc de Chartreuse,
- Krystyna Kaminska, artiste de l’atelier K à Miribel les Echelles qui nous a présenté quelques techniques de gravure et de lithographie.

JPEG - 72.2 ko
Jean-Louis Barbon, Krystyna Kaminska, Didier Tirard-Collet, Eliane Giraud et Claude Degasperi

Cette exposition comprend :
- 8 lithographies originales issues du fond AIMÉE ET MARC PESSIN
- 10 reproductions photographiques réalisées par Georges Ichtchenko

JPEG - 2.9 Mo
Reproduction photographique d’une Lithographie


Ces lithographies sont extraites d’un recueil de trente six vues, Excursion à la Grande Chartreuse publié en 1839.
A cette époque où s’installe le tourisme, les voyageurs veulent des souvenirs des endroits qu’ils visitent et les guides illustrés ou les revues luxueuses commandent aux artistes des reproductions de paysages.

Dans les lithographies de J.J Champin, nous retrouvons le romantisme avec :
- Une lumière particulière, souvent crépusculaire
- Des contrastes entre ombre et lumière très marqués
- Des falaises parfois exagérées pour donner un aspect plus impressionnant au sujet
L’artiste lit le paysage avec ses émotions.

Il est important de rappeler que ce projet a pu voir le jour grâce aux efforts conjugués du Parc naturel régional de Chartreuse, des Amis du Parc et de la commune de St Laurent du Pont .

La journée s’est terminée de façon conviviale autour d’un buffet de produits du terroir entre les paysages de la Chartreuse du XIXe siècle et les bruits de la ville du XXIe siècle.

L’exposition ainsi lancée se prolongera jusqu’au 22 avril 2012.

Pour compléter ce programme "ROUSSEAU EN CHARTREUSE" :
- Pierre Péju, écrivain, nous offrira une conférence le 31 mai prochain, à Voreppe : "La pensée vient en marchant"
- Jean Pierre Blazin nous conviera à deux nouvelles lectures de paysage dans l’année
- Maurice Wantellet, historien, donnera une conférence sur le thème : "Les peintres dauphinois et le romantisme : les héritiers de Rousseau" en octobre prochain à Voiron.

Pour connaitre plus de détails sur cette programmation vous pouvez suivre l’agenda des Amis du Parc et lire l’article correspondant en cliquant ICI


Nous remercions nos partenaires financiers sans lesquels ces activités ne pourraient voir le jour :

JPEG - 67.2 ko